Ce subit regain d’intérêt pour la notion d’anarchisme que dit-il. L’on se propose comme ça, de poser quelqu’hypothèses sans prétentions, dont on étayera les atours comme l’on peut.
 
Partons d’un principe de réalité et d’une somme de représentations qui nous habitent. L’on se sent dans l’équipée radio, libertaires|anarchistes. Non que l’on en fasse l’annonce ou un label, mais en ces temps troubles, avancer masqué.e.s ne nous convient pas.
 
Praticien.ne.s de l’anarchisme, cela signifie qu’une salve de valeurs convergentes nous relie. Et que celles-ci trouvent des applications très concrètes dans le champ des possibles. Lesquelles sont-elles?
 

  • L’autogestion. l’organisation horizontale, patiente et inclusive de nos univers
  • L’anti-capitalisme. Les sous, le salariat, la marchandise sont pour nous les leviers de la domination.
  • L’anti-autoritarisme. La domination. Point central de nos confrontations. Qu’elle se niche partout, la notion de domination, de toute-puissance, et celle d’impunité qui l’accompagne nous trouvera sur son chemin.
  • L’entraide. Ne laisser personne derrière, ni quiconque seul.e.s. La solidarité, l’empathie, l’altruisme. Notions centrales qui orientent nos faits et gestes.
  •  


     
    A l’énoncé des points ci-dessus, bien sur non-exhaustifs, l’on prétend, toujours de notre point de vue, que moult domaines de la lutte en procèdent et s’étendent: Le Féminisme, l’anti-fascisme, le Véganisme. Mots qui recouvrent selon nous une réalité bien précise; la conscience d’un monde relié par ce qu’il contient; organiquement dans toutes ses asymétries, sa complexité ses dissemblances, et relié dans une ensemble par capillarité.
     
    Pour clarifier notre propos l’on pourrait faire une analogie « politique ». Une Confédération regroupe et recoupe de nombreuses singularités, rassemblées et organisées par affinités tous azimuts (par exemple des intentions communes, des pratiques semblables, une langue et une culture commune, etc). Reliées horizontalement, elles sont également liées par un sens commun partagé et les formes de mutualisations ad hoc. Ce système confédéral, encourage l’organisation des diversités affinitaires, décentralisées sans omettre les implications globales des agissements locaux.
     
    L’on prétend que de penser le monde ainsi, nous donnerait l’usage de l’utopie. Sans aucunes contraintes qui ne soit consentie. Pour autant que chacun.e.s puisse y trouver son équilibre entre l’individu, « l’unique et sa propriété »* et le collectif solidaire.
     
    Parmi nous personne n’a l’ambition de porter une solution monolithique et perpétuelle. Non. « nous portons en nos cœurs un monde meilleurs »**. L’on souhaite forger des outils ad hoc. Mettre en pratique des laboratoires d’utopie. Opérer des tentatives, ouvrir des chemins. Ne pas se contenter de la praxis obligatoire qui règne. Dépasser les contingences dont on sait qu’elles sont des chimères.
     
    L’on postule que nos modes de pensée sont contaminés. Que Les balises qui nous assiègent l’emportent sur les géographies politique, sociales et mentales. Que les discours vociférés, que les gesticulations martelées effacent ou pour le moins dissimulent des pistes ténues et complexes, dont les vertus incalculables se trouvent déjà dans les réflexions et les réfections qu’elles contiennent. La suite c’est l’aventure. Immédiate.
     
    L’on exige de pouvoir penser comme on l’/s’entend. En écoutant le plus grand nombre attentivement. Faire trésors des pensées et des actes; des usages de toutes. Ne point être assignée aux rôles indiqués, ni de sempiternellement devoir donner des gages à autrui. Enfin les temps impartis sont parties des chaînes qui nous entravent. L’on doit suspendre la tyrannie de la vitesse, courroie de transmission de la désinformation émotionelle qui a cours.
     
    Doxa. Praxis. Paradigme. Des mots galvaudés dont on veut réapproprier les sens pour proposer ensemble une critique radicale et apaisée du monde qui nous entoure. Alors ci-dessous, l’on propose quelques supports picorés ci-et-là, dont la caractéristique est simplement qu’ils sont récent et dont on s’est délecté.e.s.
     
    Et puis une dernière chose si tu es arrivé jusqu’à ce point de la lecture. L’on cite quelques liens de collectifs céans qui œuvrent dans ce même sens. De la synthèse anarchiste dont Voline se revendiquait dans son ouvrage: « La révolution inconnue ». Et dans le cas ou; info@libradio.org
     
     
     
    * »L’unique et sa propriété ». Ouvrage de Max Stirner, anarchiste individualiste, publié en 1844.
    Version audio-libre ICI, et en PDF ICI.
     
    **Citation de mémoire, attribuée à Buenaventura Durruti, combattant anarchiste de la Colonne éponyme pendant la guerre d’Espagne.[wiki]
     
    ***Voline in « La révolution inconnue » [wiki]. Texte intégral.


     
    LIENS LOCAUX (Genève et alentours)

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    You may use these HTML tags and attributes:

    <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>