RadioResistencia et LibrAdio, ce 09.11.2014 ont pu porter des mots combatifs et des paroles en lutte, et en hommage de la piétaille fauchée en ’32, et pour raviver des convergences essentielles; le comment lutter pourquoi, et surtout; le lutter ensemble maintenant.ra93

Voici tel une ébauche et en forme de préambule, ce qu’il s’est dit au coin du feu. Pour ce qu’il reste à faire; LibrAdio bien entendu en appelle à chacunEs d’en venir au mains, pour que scellées, plus personne ne puisse les disjoindre, les désolidariser jamais.

Voici donc les podcast de cette journée commémorative. Puis dessous une sorte de poésie trouvée sur un tract détrempé et à peine lisible encore.

  • La table ronde sur les luttes contemporaines à mener sans répits (35′). Parmi les intervenants: Pablo Cruchon du Syndicat Solidarité. Robert Cramer, les Verts/GE, Sylvain Thévoz, PS/Genève, Emmanuelle Joz-Roland, Syndicat SIT et Philippe Hofstetter de ADTS, association de défense des TravailleurSes du sexe.
  • Puis la cérémonie sous la houlette de Joël Mugny, Syna/CGAS.
  • Les allocutions de Sami Kanaan, maire de Genève, de Manuela Cattani, SIT/Présidente de la CGAS, et enfin les témoignages de  Pierre Sayour et Moncef Kaleb, Syndicat du personnel de l’organisation international du Travail.
  • Pour clore la partie officielle, l’hommage par citation des 13 victimes de la fusillade,par Joël Mugny.
  • En guise d’archive et de route à arpenter; le discours de Thomas Sankara, à l’occasion du sommet de l’organisation de l’Unité Africaine, le 29 juillet 1987, à quelques mois de son assassinat commandité par Blaise Campaoré. Discours sur la dette et les usages que l’on en fait. Ainsi que l’entrevue d’Éric Grassien, jeune adulte en fauteuil roulant, qui évoque sa longue lutte pour un logement digne et adapté. ICI.
  • Et enfin la rubrique et l’actualité du CalCiné, le Ciné-Club offensif de la Comète.
  • Bonne écoute et n’hésite pas à soutenir LibrAdio, la voix de travers.

ra941

C’est novembre.

Les frondaisons reculent, le vent du nord te glace.

Et avec lui son cortège funeste, de funèbres haillons.

C’est bientôt Novembre et qui pointe son groin comme pour bâfrer ?

C’est déjà novembre sous les calottes vides et les cœurs de pierre.

C’est déjà novembre et pointe le viol des âmes et des consciences.

C’est toujours novembre aux creux des mains sèches.

C’est toujours novembre que l’on nous broie, que l’on nous saigne

 

En novembre ton dehors semble ton dedans; En novembre ton ailleurs semble partout.

 

Et pourtant il en faut peu pour que messidor soit notre novembre,

Incandescences et combustions: pour que les ruines ne deviennent cendres :

Ce novembre ferait nos passions; désigner les calcinations…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>