Ces petites historiettes que l’on conte pour le premier mai. Plutôt que l’on nous conte plus. Que l’on ne conte pas. Le premier mai végétalisé, neutralisé; qui à humer le muguet qui occupé à de petites distractions mercantiles.
 
Le Premier Mai n’est pas un alibi, ce n’est pas plus une agape ou une commémoration.
 
Le Premier Mai c’est l’aventure héroïque de petites gens qui ont arraché, au prix de sacrifices vitaux, qui ont conquis à coup de luttes indéfectibles, à coup de grève et de manifestation la journée de huit heures de travail. Les trois huit qui permettront pour huit heures de chagrin ou de tripalium, un répit de huit heures et du temps pour s’instruire aussi.

 
Comment peut-on aujourd’hui tellement trahir ces combats. Se coucher au devant des attaques patronales tous azimuts. Berset, conseillé fédéral « socialiste » venu donner des gages aux patronat la veille, alors qu’un paquet de cadeaux fiscaux se profile à Genève qu’il promeut tel un héraut sabre au clair. Comment.
 
Le premier mai inopérant, ne reconduit plus rien que le souvenir d’un rapport de force réduit à néant. Quelques gesticulations syndicales, soubresauts et hoquets vains, de moribonds qui ne se lassent de s’entre-déchirer. Si le Premier Mai est trahit, il l’est d’abord par d’aucun dont on ne s’y attendrait pas.

 
Que faire du premier mai. Visibiliser les luttes. En converger les postures et les desseins. Consolider les bastions puis les étendre partout. Façonner nos outils opérationnels et notre autonomie perpétuelle. Recouvrer nos moyens à tout points de vue.

 
Un Premier Mai qui s’enracine certes mais qui s’étende tel le rhizome. Entrelacements et égrégores. Loin enfin des succursales et des petits soldats autoproclamés, égotistes et appointés. Exempt de calculs d’officines et de dispositifs d’appareils . Pour que ce passé qui l’espace d’une journée résonne comme le tocsin, sonne le glas de l’aveuglement et de l’inertie, non pour une beuverie, mais pour la lutte des classes et pour l’unité combative des peuples.

 
1 Mai 2019, Cortège dans la ville et prises de parole aux Bastions.
Atmosphère du cortège et slogans.

  • Balade urbaine et scansions à la volée.
  • Écoute et Téléchargement


    9’33 slogan: « Jin, Jiyan, Azadî » (Femmes, vie, liberté).Source:[https://kurdistan-au-feminin.fr/2018/10/28/manifestation-feministe-de-femmes-kurdes-et-suisses-a-berne/]


    Bande son:
    _Urban Dance Squad: « Bureaucrat of Flaccostreet ».
    _L7: « Shitlist ».
    _ACDC: « Thunderstruck ».
    _The Breeders: « Canonball ».
    _The Chikitas: « Lalalala ».
     
    Prises de parole aux Bastions.

  • Carlo SOMMARUGA, Conseillé national, membre du Parti socialiste.
  • Écoute et Téléchargement

  • Raquel MARQUES Da SILVA, Syndicat interprofessionnel SYNA
  • Écoute et Téléchargement

  • Collectif Grève des Femmes et Féministe.
  • Écoute et Téléchargement
     
    L’Internationale par Greta Gratos.

  • Chant révolutionnaire, écrit par Eugène Pottier en 18711 lors de la répression de la Commune de Paris, sous forme d’un poème à la gloire de l’Internationale ouvrière, dont la musique fut composée par Pierre Degeyter en 1888. Interprété par Gréta GRATOS.
  • Écoute et Téléchargement

      LIENS ET DOCUMENTS ACCOLÉS
      [https://syna.ch]
      [https://frauenstreik2019.ch]
      [http://greta-gratos.ch/]
      [https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Internationale]
      Histoire du Premier Mai [http://www.anarchie.be/AL/14/histo.htm]
      Le 01 mai, éphéméride anarchiste [https://www.ephemanar.net/mai01.html]
      Tract Cortège Paysan
      Tract CGAS
      1M Slogans



     
     
     

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    You may use these HTML tags and attributes:

    <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>