A propos de Nice


 
Ne rien en dire est impossible. En parler maintenant est vain.
 
Pourvu que l’on entre en résilience. En résistance. Les mots sont parmi les outils qui nous sortiront de la barbarie. Aussi.
 
Ils raisonnent encore plus intensément que de coutume ce soir. Pour les Êtres du monde entier, touchés par l’aveuglement et le nihilisme, son bras armé.
 
Alors que faire ? Dans l’impasse tu prends une pelle et tu creuses une brèche. Même si ça marche pas. Ou ça marche?
Si l’on voudrait dire un mot de cette horreur, laissons Jean Vigo Cinéaste de Génie le dire pour nous: « A propos de Nice », c’est de lui. Et lui c’est Jean Vigo. Découvre-le et propages-y. C’est utile.
 



 
« A propos de nice » une satire bien sentie. C’est parmi quelques outils que l’on doit forger d’urgence. Parce que si l’on avait touTEs la capacité de rire de soi, de se distancier de notre fragile condition, de sortir des rapports prédateurs de force et de domination. Décrispé.e.s de la compétition convoquée et organisée tous azimuts, nous n’aurions aucun sens à démanteler les velléités de nos contemporain.e.s. Au contraire, l’on s’y associerait et par contagion, l’on perpétuerait la dynamique tout en s’enrichissant véritablement.
 
C’est comme cela que l’on entend défaire le mal. Parce qu’il s’agit exactement de ça. Le mal. Ce dispositif qui contient tel un goulot d’étranglement, la destruction comme unique issue.
Certains se suicident. D’autres s’évitent, construisent leur déni organisé ;violent, autiste, pathologique, éthylique et/ou stupéfiants. Celle-là, d’ aliénation c’est l’assassinat. Grimée peut-être. Mais aliénée toujours.
 
Et l’on trouvera toujours celui qui, en amont. Celui qui en porterait la responsabilité, ou moult péroraisons et pseudo raisonnement classiques ou singuliers. Les causes, sous-jacentes ou les desseins à posteriori n’empêcheront pas que dès lors que l’esprit critique surgit ; et que l’on s’extrait de notre condition concurrentielle, mécaniquement l’on rendrait impossible l’idée même de s’annihiler mutuellement, ou par contumace en s’excluant statutairement, géographiquement, socialement, etc.
 
Alors dotons nous d’altruisme. Dévêtons nous des costumes imposés, des attitudes idoines à la doxa. Tu n’as rien à prouver. Ni virilité, ni supériorité. Soyons tel.le.s quel.le.s. Affinitaires, et auto-organisé.e.s. Rien de plus confortable, agréable et facile. La preuve ? Les chefs te disent exactement le contraire.
 
Alors chiche !
Bienvenue en zone libre.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>