Que faire lorsque l’on s’applique à diviser ce qui augmente continuellement. Qu’inventer que la nature n’ai déjà prévu, simplement dissimulé sous un chapeau de clown.
 
Sous nos yeux, s’ébaudi d’allégresse le sel, la substance, l’essence, la sève retorse qui rend caduque les vieilles martingales. Désuètes petites combines éventées.
 
L’on saisit l’ampleur, la faconde dissonante, la portée chromatique et la source intarissable qu’il nous suffit de porter au pinacle. Tel la fontaine de jouvence ou la pierre philosophale; le calice appelle nos quêtes. Pourvu seulement que de faîtes l’on en ait aucun. Les apogées sont inertes et neutralisent les intensités.
 
La Fête du Partage, ce dimanche 20 décembre. Pour construire les divisions qui nous rassemblent. Démultiplier les reliefs et les bordures, effaçant mécaniquement les frontières, les isolements, les divisions. Et voici la quadrature du cercle.
 
C’est Moébius qui triomphe. Les Fractales ne sont ni le nouveau catéchisme révolutionnaire, ni le missel d’une théologie de la libération. Non. Les Fractales sont le dessin des contours mobiles. Et lorsque les lignes bougent plus rien n’est contrôlable.
 
Rejoins nous à la Salle du Faubourg, 8 rue des Terreaux-du-Temple dès 11h. Entrée libre. Programme dessous, podcast de présentations ici. PART.1 / PART.2 et le Jingle dédié. ICI.
Tram 15-Bus 1 : Goulart
Tram 14/18-Bus 3/5 : Coutance

 

FETE_PARTAGE_FLYER
 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>