Écrasée dans le sang par les troupes Versaillaises, la Commune de Paris naufrageait dans un bain de sang ce 21 et jusqu’au 28 mai 1871. Exécutions sommaires, lynchages et massacres eurent cours. La Semaine Sanglante va tout emporter.
 
Aux morts aux disparus, aux incarcérés et aux déportés. Innombrables.
 

Thiers vocifère: « qu’on leur donne une bonne leçon ». Les quartiers de Paris conquis les arrestations arbitraires se succèdent. Les cours martiales liquideront le plus grand nombre dont on peut estimer à 30.000 morts.
 
La proscription poursuivis les fugitifs jusqu’en 1880. Londres ou Genève furent quelques refuges incertains pour les Communards exilés.
 

 
Lecture du CLS-Cercle de lecture sociale de deux sources d’époque, telles quelles.
 
_Mes cahiers rouges, Maxime Vuillaume (1844-1925) p.71 à 82. La Mort d’Eugène Varlin.
Écoute et téléchargement
 
Source : Gallica, bibliothèque numérique de la BNF. Texte intégral en PDF
 
_La Commune de Paris au jour le jour, 1871, 19 mars-28 mai, p.379 à 382 Elie Reclus (1827-1904).
Écoute et téléchargement
 
Source : Gallica, bibliothèque numérique de la BNF. Texte intégral en PDF
 
Carte des barricades de la Guerre des Rues lors de la semaine sanglante.

Voir en plein écran


1871. L’insurrection du 18 mars et puis le 22 mai l’aube de la Semaine sanglante. A 150 ans de la Commune de Paris, si loin et si prêt. 72 jours de démocratie directe, d’utopie concrète, de combats et de discussions, de pratiques et d’organisation.
 
La Commune si décriée comme si d’en effacer la mémoire ne suffisait plus, qu’il faille, pour en éloigner le plus grand nombre, l’avilir et la calomnier; la souiller. La Commune ce sont des femmes et des hommes qui ont pensé, parlé et agit; qui ont façonné un monde nouveau, meilleurs à tel point qu’il a fallu les massacrer.
 

 
Le pire c’est que ce n’est ni inédit, ni la dernière fois. La Commune, les Zapatistes, Le Rojava, et d’autres sont là dont on oublie dont on frelate les propositions. Alors pour ne pas oublier et pas que…. Pour dire combien la hiérarchie et la domination ne sont que les excroissances meurtrières du monde tel qu’il est. Pour ne jamais oublier que l’on peut, que l’on va; qu’on le change en ce moment. Et que l’on ne va pas s’arrêter là.
 
Quelques considérations sur les origines, le déroulé et l’échec dans le sang de la Commune de Paris. Alexander Eniline, président du Pdt-Partis du Travail à Genève et médiéviste, en analyse la substance.
Écoute et téléchargement
 
Célébrer? Commémorer? Certes. Mais surtout, prendre le temps d’en saisir le sens, d’en goûter le sel, d’en extraire la substantifique moelle. Et puis reprendre là ou quelques choses furent initiées et jamais abouties.
 
Les corps déchiquetés ont disparu. L’esprit est resté, qu’il soit plus vivace que jamais. D’Exárcheia au Chiapas. Du Rojava au RASD*… Nos luttes, nos plaies, notre résistance. Où que l’on tombe; quand que l’on tombe; il s’y trouvera qui pour continuer le combat.
*RASD République arabe sahraouie démocratique.
 

Projet contributif de lectures de textes méconnus ou épars, peu accessibles ou oubliés, inédits dans le format audio. Sources premières qui se prêtent à un souffle contemporain qui leur rend hommage, dans leur portée révolutionnaire de l’époque en toute humilité.
 
Volontaires pour lire? Une pépite débusquée à proposer? Rejoins-nous sur le canal Telegram dédié. Ou par mail biblio@autistici.org
 
[Canal Telegram:CSL-cercle de lecture sociales]


Nos sources sont plurièles, voir en pied de page. Cela dit, nous avons beaucoup puisé dans les trois sites ci-dessous dont on salue le travail titanesque et méticuleux!
 
_www.maitron.fr (Dictionnaire biographique ouvrier et social)
_www.macommunedeparis.com (blog de Michèle Audin)
_www.communi1871.org (les amies et amis de la Commune).


Le cinquantenaire marque une commémoration intéressante car nombre de protagonistes directs sont encore là pour en former et en valider les contenus. La source, « L’Humanité » nous paraît être la plus prégnante à rendre le sens et l’atmosphère de la Commune de Paris.
 
Voici douze numéros du quotidien socialiste fondé par Jean Jaurès qui commémore le début le 18 mars 1871 jusqu’à la fin tragique lors de la Semaine Sanglante et du Mur des Fédérés le 28 mai 1871


    L’Humanité_15.03.1921
    L’Humanité_16.03.1921
    L’Humanité_17.03.1921
    L’Humanité_18.03.1921
    L’Humanité_19.03.1921
    L’Humanité_20.03.1921
    L’Humanité_21.03.1921
     
    L’Humanité_25.05.1921
    L’Humanité_26.05.1921
    L’Humanité_28.05.1921
    L’Humanité_29.05.1921
    L’Humanité_30.05.1921

CAPSULE I

  • Première lecture
    « Souvenirs d’une morte vivante ». Souvenirs d’une communarde par Victorine « B » BROCHER ; préface de Lucien Descaves Brocher. Extraits du chapitre XX. Pages 189 à 195.
    Source : Gallica, bibliothèque numérique de la BNF.
  • Notice biographique

  • Deuxième lecture
    « Le 18 mars 1871 » suivi de « Il y a onze ans ». Extraits des Œuvres Complètes de Jules VALLÈS Tome III. Paru aux édition Livre Club Diderot. Paris, 1969
  • Notice biographique

  • Troisième lecture
    Adolphe CLÉMENCE, « à la mémoire de Thiers ». Lausanne, 8 septembre 1877. Le 03 septembre 1877 Adolphe Thiers, premier président de la 3ème république, assassin de la Commune, boucher de la semaine sanglante et ennemi du peuple s’éteignait. Adolphe Clémence, communard, lui rend un vibrant hommage.
  • Source: [https://macommunedeparis.com/]
    Notice biographique

  • Quatrième lecture
    Alix Louise PAYEN, Part. 1 Communarde et ambulancière. Elle s’engagea comme infirmière dans le 153e bataillon, où son mari était garde national. Elle a ainsi participé aux combats défendant le fort d’Issy, puis à ceux de Levallois.
  • Notice biographique
     
    0►2’30 Présentation0►1’45 Présentation
    2’30►12′ Lecture1’45►7′ Lecture

    0►4’00 Présentation0►2’45 Présentation
    4’00►11′ Lecture2’45►9’23 Lecture

     


    CAPSULE II
     

  • Première lecture
    11 mars 1871, un décret propulsé par le général en chef de l’armée de Paris, Vinoy, interdit les publications les plus favorables à la Commune. Tentative assez vaine mais qui en dit long sur les intentions à venir des Versaillais et qui annonce la répression féroce aveugle et impitoyable qui balayera la Commune de Paris lors de la Semaine sanglante.
  • Notice biographique

  • Deuxième lecture
    Quelques noms de l’Internationale Situationniste livrent leurs considérations, les 14 thèses, à propos de la Commune. Les voici dans leur version originales non épurées; elles qui furent écourtées et allégées par Henri Lefebvre qui en fit demande pour un ouvrage sur la Commune alors qu’il était rédacteur pour la revue « Arguments » durement critiquée par l’I.S.
  • Notice biographique

  • Troisième lecture
    Parmi les Communards condamnés, d’aucuns ont trouvé refuge en Suisse. Voici le témoignage de l’un d’eux, co-fondateur de la société des institutrices et instituteurs socialistes, collaborateur d’Élisée Reclus et libre penseur. A Genève, la vie reprend sous anonymat; il modifie son aspect. Considérations sur la vie en exil et l’accueil qui fut fait aux Communards.
  • Notice biographique

  • Quatrième lecture
    Deux articles du premier numéro de « La Commune » paru le lundi 20 mars 1871: « La Paix avec Versailles » suivi de « La Révolution ». A une semaine de la proclamation officielle de la Commune de Paris, les décrets façonnent « une ville et sa réorganisation ». Par ailleurs, voici Thiers le traitre , le comploteur, mû par son ambition personnelle dont le propos à ce moment-là, est éconduit.
  • La Commune, n°1 du 20 mars 1871
     
    0►0’30 Présentation0►1’25 Présentation
    0’30►6’50 Lecture1’25►12 Lecture

     
    0►7’Présentation
    7’►14′ Lecture0►3’14 Lecture


     
    _Histoire des journaux publiés à Paris pendant le siège et sous la Commune, par Firmin MAILLARD. éd. E. Dentu, Paris, 1871

    _Brochure « Sur la Commune » (infokiosques.net)
    _Internationale Situationniste_12 (Revue) P109
     


    CAPSULE III

  • Première lecture
    Les Clubs furent pendant la Commune de Paris parmi les lieux les plus libres qui soient. De nombreuses femmes purent y prendre la parole et de nombreuses actions y furent décidées. Certains de ces clubs furent choisirent la non-mixité féminine et féministe. La plupart siégèrent dans des églises réquisitionnées. Nous écoutons ici Paul Fontoulieu, anti-communard et réactionnaire notoire. qui publia en 1873 son « Les églises sous la Commune » et dont il est intéressant d’écouter la prose.

  • Deuxième lecture
    Alix Louise PAYEN, Part.2 Communarde et ambulancière. Elle s’engagea comme infirmière dans le 153e bataillon, où son mari était garde national. Elle a ainsi participé aux combats défendant le fort d’Issy, puis à ceux de Levallois.
  • Notice biographique

  • Troisième lecture
    Le Club de la Boule Noire. Féministe radical, non-mixte, il s’y décida ou à tout le moins l’on y devisa de nombreuses choses, telle la démolition de la colonne Vendôme du 16 mai 1871. Ce club politique siégeait rue des Acacias dans le XVIIe arrondissement de Paris dans un appartement réquisitionné à ce dessein. La prostitution, l’organisation du travail, ou l’éducation des jeunes filles sont autant de sujets débattus au sein de la Boule Noire.

  • Quatrième lecture
    Alix Payen née Millet, correspondances. Lettres à sa mère. Alix, infirmière témoigne des combats contre les Versaillais, dans le 153 ème bataillon stationné d’abords au cimetière d’Issy, près de Paris puis à Levallois.
     
    0►0’50 Présentation0►1’15 Présentation
    0’50►12Lecture1’15►8’30 Lecture


     
    0►0’35 Présentation0►1’10 Présentation
    0’35►8’30 Lecture1’10►6’51 Lecture


    CAPSULE IV

  • Première lecture
    Lecture « miroir ». Une même information relatée sans commune mesure selon que l’on soit de l’Intransigeant, du rédacteur en chef, Communard déporté et évadé Jean Rochefort ou de La Croix, quotidien catholique, antirépublicain et antilaïcard. Un date, le mardi 07 août 1888, un événement; le décès d’Émile Eude. Deux articles et deux traitement aux antipodes le la même information.
    La Croix exemplaire du mardi 07 août 1888

  • Deuxième lecture
    L’intransigeant de Jean Rochefort relate les derniers instants d’Émile Eude, Communard fervent, qui succomba à une crise cardiaque lors de son discours devant une salle comble alors qu’il s’adressait aux terrassiers grévistes à Belleville. Retour sur une figure de la Commune dont les obsèques furent l’occasion d’émeutes et sur laquelle tombe Louise Michel vint se recueillir.
    L’Intransigeant feuillet du mardi 07 août 1888

  • Troisième lecture
    Alix Payen, 4ème et dernière partie de ses correspondances. Communarde et ambulancière, Alix écrit de nombreuses lettres, qui témoignent de sa condition à l’instar de sa situation pendant la Commune de Paris y compris au moment le la Semaine Sanglante. En voici la lecture avec en finale quelques notes de la chansons « La Semaine Sanglante » Par Marc Ogeret.
    La semaine sanglante par Marc Ogeret
     
    0►1’55 Présentation0►2’00 Présentation
    1’55►12’20 Lecture2’00►16’25 Lecture

    0►0’50 Présentation
    0’50►8’40 Lecture

     


    GALERIE D’AFFICHES




    Quelques conseils avisés de lecture relatifs à la Commune de Paris par Henri Guillemin, historien et polémiste notoire.

    Intégrale de l’émission La Voix au chapitre du 18 juin 1971. RTS.
    A l’occasion du centenaire de La Commune de Paris, Henri Guillemin présente une série de livres sur le sujet.
     
    «La Commune de 1871» de Jean Bruhat, Jean Dautry et Emile Tersen, «Grande histoire de La Commune» de Georges Soria, «La proclamation de La Commune» de Henri Lefebvre, «Le procès des communards» et «Paris libre 1871» de Jacques Rougerie, «Les communards» de Jean-Pierre Azéma et Michel Winock, «La Commune de Paris 1871» de André Decouflé, «La Commune au coeur de Paris» de Maurice Choury, «Les Hommes de la Commune» de André Zeller, «Histoire de La Commune de 1871» de Prosper-Olivier Lissagaray, «L’Insurgé» de Jules Vallès, «La troisième défaite du prolétariat français» de Benoît Malon.
     
    Journaliste Catherine Charbon et Henri Guillemin

     
    Quelques repères bibliographiques


    La Commune
    Pour en saisir les contours :
    Récit de Henri Guillemin (6h)
    _https://www.youtube.com/watch?v=5NrDXZ78oCU
     
    Le film de Watkins (2x3heures)
    1) https://www.youtube.com/watch?v=cINq304dl_Y
    2) https://www.youtube.com/watch?v=RDvrjt3qokg
     
    Quelques dates clé
    – La Commune N°1 (20 mars)
    Article « La paix avec Versailles » et/ou « La révolution » au début, qui montrent les premières mesures.
    https://archivesautonomies.org/IMG/pdf/commune/communedeparis/lacommune/lacommune-n01.pdf
     
    – Le père duchêne (21 mars)
    https://archivesautonomies.org/IMG/pdf/commune/communedeparis/pereduchene/pereduchene06.pdf
     
    – La sociale (31 mars), p1-2 « Actes officiels » et éventuellement p.2, colonne du milieu et 3ème, « Fédération de la garde nationale »
    https://archivesautonomies.org/IMG/pdf/commune/communedeparis/lasociale/lasociale-n01.pdf
     
    Victorine Brocher, communarde
    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97623796/f213.item.zoom
    Souvenirs d’une morte vivante
     
    Au travailleurs
    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k321378q/f4.image
     
    Léodile Berra https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_L%C3%A9o
     
    Nathalie Le Mel
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Lemel
     
    Esisabeth Dimitrieff
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lisabeth_Dmitrieff
     
    Les Amies et amis de la Commune
    https://www.commune1871.org/
    Blog de Michele Audin
    _https://macommunedeparis.com/
     

     


    https://anarchiv.wordpress.com/
    https://maitron.fr/
    https://maitron.fr/?mot28
     
    https://www.cira.ch//
    https://www.ephemanar.net/
    https://www.anarcopedia.org/
     
    https://archivesautonomies.org/
    https://cartoliste.ficedl.info/rubrique3.html
     
     
     
     
     

  • Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    You may use these HTML tags and attributes:

    <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>